L'espace adhérent n'est pas disponible, aucun compte utilisateur ne sera accepté pour l'instant !

Lu pour Vous - Quartiers sous tensions

22/04/2020

Lus pour vous

Depuis l’affaire de Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), les incidents se multiplient dans les banlieues, principalement en Ile-de-France. Les appels à l’émeute sur les réseaux sociaux préoccupent les forces de l’ordre.

La peur de l’étincelle qui embrase tout

Néanmoins l’inquiétude domine au sein des autorités. L’étincelle qui mettrait le feu aux poudres est particulièrement redoutée par les préfets de la petite couronne. Comme une intervention qui dégénère. « Quand on voit que cela s’embrase dans le cas de Villeneuve-la-Garenne, alors que les choses semblent carrées, ce n’est pas rassurant », glisse un haut fonctionnaire de la place Beauvau.

Pas moins de vingt et une communes en Ile-de-France, contre cinq en province, ont été le théâtre de violences urbaines dans la nuit de lundi à mardi. Parfois dans des villes inattendues des Hauts-de-Seine, comme Meudon ou Asnières-sur-Seine. Aux tirs de mortier, jets de projectiles, feux de poubelles, et véhicules incendiés, les forces de l’ordre ont parfois répondu par des tirs de lanceurs de balles (LBD) et des gaz lacrymogènes. Aucun blessé n’a été à déplorer, et 9 personnes ont été interpellées.

« Arguant des raisons infondées qui s’inspirent de théories complotistes, ces groupuscules enflamment les banlieues en organisant des embuscades, en attaquant nos collègues avec des engins qui appartiennent à la catégorie du matériel de guerre », s’insurge dans un communiqué Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat Alliance.